Le bivouac en dévers

We did it !

Non non, ce n’est pas la photo qui penche, c’est bien la tente…

Parce que oui !!! Enfin nous l’avons fait ! La fameuse nuit en montagne sous la tente !! Il aura bien fallu 2 ans de préparation, à la fois mentale et matérielle, pour que l’on sorte le nez de notre petit appartement citadin.

Bon, pour vous dire franchement, on a passé une nuit de merde… N’est pas le king du trekking qui veut. On imaginait le terrain plus propice au plantage de tente, façon camping des Flots Bleus mais à 2200 mètres d’altitude quoi. La réalité était plus rude : de la neige et des cailloux partout. Le seul endroit potable que l’on a trouvé c’était là : derrière un gros rocher, 2 m² de *presque* plat. Je peux vous dire qu’en se levant à 6h du mat, on maudit le « presque » ! C’est super désagréable de dormir penché dans tous les sens. Peut-être un manque d’habitude.

Et puis quelle chaleur !!! On s’était mis dans les duvets avec les polaires, le pantalon avec les chaussettes jusqu’aux genoux, le bonnet… fins prêts à affronter le blizzard de la nuit ! Pfff ! Au bout de 3 minutes tout valsait en dehors de la tente, un sauna !! On cramait même en slip !

Et puis quel bordel !!! À Tarbes on se plaint d’être quelquefois réveillés par une pétrolette sans pot d’échappement, mais là, avec un torrent à 50 m, c’est comme si on dormait au bord du périf parisien !! On s’était dit qu’on allait passer une bonne nuit au calme, que nenni !

Bon sinon c’était bien cool. De toute façon, 5 heures de sommeil c’est amplement suffisant. Et puis estimons-nous heureux, on ne s’est pas fait bouffer par un ours. 😛

Publicités

12 réflexions sur “Le bivouac en dévers

  1. superbes couleurs et ambiance. Eh ben… j’ai été le « king du trekking » en mon temps et je ne dormais pas à côté des torrents lol !

  2. Quel aventurier ! 😀
    Il est vrai que quand on est habitué au confort et au calme de la ville, il est difficile de supporter le vacarme de la campagne. En plus, ch’suis sûr que t’avais même pas de home-cinema ! Oh la loose… 🙂

  3. J’ose rire ou pas là? Non, bon ok 😉
    Quand tu penses que j’attends ces nuits de merde avec impatience 😉
    Je souris avec ton histoire de chaleur dans le duvet, c’est vrai que je me suis faite avoir au début, la trouille d’avoir froid te pousse à l’inverse. L’horreur, mais bon la seconde fois, tu sais et tu dors léger.
    J’aime ta photo, c’est du bonheur pour moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s