Le Lourdes-Tarbes 2007

Bien bien.
Heum !
 
Bizarrement et contrairement à ce que je croyais, le Lourdes-Tarbes n’était pas annoncé pour le 25/11 mais pour le 18. Oué bon… moi et les dates… Vous remarquerez juste que cette fois-ci, je me suis gouré que d’une semaine. Je m’améliore !
J’ai appris ça durant la semaine qui précède alors je ne savais pas trop quoi faire. Vu que j’étais foireusement préparé et qu’en plus le repas de midi était déjà prévu dans les Baronnies, j’hésitais. Et puis le Samedi soir je me suis dit : Allez Marco, go go go. (Oui, ça m’a prit comme une envie de chier.)
J’arrive à convaincre Sandrine de jouer le rôle de l’assistance en me suivant à vélo avec de l’eau sucrée. Rôle hypra-important, donc, surtout avec mon entrainement qui laisse franchement à désirer.
 
NB : Qu’elle ait accepté par ce froid, c’est remarquable, mais je reparlerai de l’assistance à la fin de mon billet… dans mon CARTON ROUGE (à lire avec l’accent de M6).
 
 
Bon voilà, cette fois-ci j’arrive à temps pour les inscriptions. Je suis donc OFFISHALL !! Dans la rue, avec le dossard, je suis OFFISHALL !!! Hum….
Départ à 9h. Comme c’est mon 4ème semi-marathon et que je me suis fait baiser la gueule 3 fois au départ en partant toujours dans les derniers, cette fois-ci j’ai été roublard ! J’ai contourné tout le monde et je suis parti pratiquement à la hauteur des guérilleros du footing ! Bon le hic c’est qu’entre le Palais et le Mac Do je m’étais fait doubler par bien 200 coureurs… Commencer comme ça, pour le moral y a mieux.
 
D’ailleurs c’est assez rigolo – je ne vais pas vous mentir, j’ai fait un temps de merde – je me suis fait la réflexion que tous les participants m’avaient doublé… Oui, j’ai pris ça à la rigolade. Alors bon, dans l’ordre jusqu’au Leclerc il y a : les pros, les super sportifs, les types des clubs d’athlétisme… Suivent après jusqu’à Louey : les amateurs et les jeunes sportifs "multidisciplinaires". Gros gros choc psychologique vers Juillan, lorsque arrive le 1er sexagénaire… Là faut être très fort dans sa tête. Après Odos bon ben, je ne vous cache pas qu’entre moi et la voiture balai y a plus grand monde, 3 mamies au mieux… C’est alors que je trouve très chiant le fait de courir, comme ça, pour arriver à Tarbes – alors que je fais tous les jours ce putain de trajet en 25 minutes en bagnole !!! Non, franchement.
 
Oui, je disais "temps de merde". J’ai pas vérifié sur le journal mais j’ai du le faire en plus de 1h40. Je croyais faire mieux surtout que je m’étais gavé de Cruesli (je les ai rotés sur tout le trajet) mais ça n’y a rien fait. Pourtant j’ai pas eu de baisse de régime significative, juste un mal aux mollets que j’ai encore aujourd’hui, puissance 10 ! Un signe de cuisson à point, j’me comprends.
Tiens, à la façon du chroniqueur black dans Le Grand Journal de C+, je vais faire le TOP FIVE des signes qui montrent que t’es cuit en footing :
 
 
Number Five : quand tu cours tes pieds font n’importe quoi et t’arrêtes pas de te mettre des coups dans les chevilles.
 
Number Four : t’es tout blanc, t’as la crampe pas loin et les mecs qui accompagnent d’autres coureurs te proposent des trucs à bouffer.
 
Number Three : Tu fais tellement pitié que tous les spectateurs t’encouragent : "OUEEE !! ALLEZ, TIENS BON !!!", font des cris de singe et applaudissent.
 
Number Two : une ambulance arrive à ta hauteur et te suis sur 200 mètres, avec 3 types à l’intérieur qui te scrutent.
 
Et enfin, le Top des signes qui montrent que t’es cuit en footing est : tu te goures de chemin et tu te bouffes un tramway.
 
 

 

       CARTON ROUGE      

A mon "assistance", oui, puisque Sandrine ne m’aura "assisté" que sur les 300 derniers mètres !! Sur les 20 bornes, ça fait peu… Inadmissible et intolérable, voilà les mots qui m’obsedaient durant la course ! 

L’explication est simple : on avait prévu un petit décalage entre nos 2 départs, histoire de se retrouver en milieu de parcours mais le timing était foireux… Alors ok, c’est vrai qu’elle est partie à l’heure prévue. Par contre je pensais qu’elle aurait le coup de pédale un peu plus farouche… Apparemment on ne peut pas pédaler et discuter en même temps, n’est-ce pas ? Grrrrrrr….

Enfin bref, j’ai pas pu m’empêcher de lui faire la gueule une partie de la journée. 

Et allez, 2ème carton rouge dans la foulée (huhu !) parce que je suis énervé : putains de coureurs, arrêtez de souffler la mouquire en courant, c’est dégueulasse !!! On se mouche !! – Vous voulez des mouchoirs ?

 

2 réflexions sur “Le Lourdes-Tarbes 2007

  1.   Une fois encore, tu as le don de me faire murir (à prononcer comme un méchant dans Nicky Larson) de rire!!! Je vois que tu deviens à peu près aussi sportif que moi…sauf que moi, je cours même pas ^_^;

  2. putain de maladie qui m\’a fait faire un break de 2 semaines sans courir début septembre, puis plus de motiv\’…vivement les beaux jours que je m\’y remette   ….et Zou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :